Alger, joyau de la Méditerranée

Posted by

ALGER, JOYAU DE LA MEDITERRANEE

Sur la route d’Abidjan à Paris, il est possible de faire une courte escale à Alger et de contempler les merveilles de la ville et de ses environs.

Alger la Blanche

Difficile de brosser un tableau de cette cité millénaire qu’est Alger. Avec 5 millions d’habitants, Alger est une des plus grandes villes du monde et la plus grande du Maghreb. Fondée au 4è siècle av JC par les Phéniciens, elle a été occupée tour à tour par les Romains, les Vandales, les Byzantins et les Arabes. Après la chute de Grenade en 1492 et l’arrivée des populations juives et maures expulsées d’Espagne, Alger se développe fortement et devient une des cités les plus importantes de la Méditerranée. Elle sera ensuite, de 1830 à 1962, le siège de l’administration française. Alger est aujourd’hui devenue la capitale d’un immense pays de 2,5 millions de km2 et de 40 millions d’habitants. En arrivant à Alger, on est surpris par la clarté de ses bâtiments s’étendant à perte de vue (ce n’est pas pour rien qu’on l’a surnommée « Alger la blanche ») et le contraste entre la ville moderne et la vieille ville. Les nombreux sites à visiter constituent un vrai lien entre le passé et le présent de la ville : la Casbah, prodige architectural du 10è siècle, suspendu entre ciel et mer et composé de palais, mausolées et mosquées ; la mosquée Ketchaoua, née de la transformation de l’ancienne cathédrale Saint-Philippe ; le Palais des Raïs, construit au 18è siècle et qui sera successivement occupé par des services administratifs, un pensionnat pour jeunes filles, le consulat des Etats-Unis, la résidence du duc d’Aumale, une bibliothèque municipale et enfin l’actuel centre des Arts et de la Culture ; le Musée du Bardo, palais édifié à la fin du 18ème siècle par un riche notable tunisien et qui abrite le squelette de Tin Hinan, la reine des Touaregs ; la basilique Notre-Dame d’Afrique, achevée en 1872 après 14 ans de travaux, avec un extérieur construit dans un style byzantin et l’intérieur inspiré de l’architecture hispano-mauresque ; la Grande Poste, édifiée en 1910 dans un style néo-mauresque avec un souci de rapprochement entre les colons français et les algériens ; le Mémorial du Martyr, monument commémorant la guerre d’Algérie, avec une esplanade où brûle une flamme éternelle et au-dessous, une crypte, un amphithéâtre et un musée. Cette liste est loin d’épuiser les innombrables joyaux historiques et architecturaux d’une ville qui a su traverser les siècles et les cultures.

Les titans de l’autoroute Nord-Sud

En quittant Alger vers le sud, on traverse l’immense chantier de l’autoroute qui reliera le nord et le sud de l’Algérie. Le savoir-faire des ingénieurs algériens et chinois a permis aux hommes et aux machines de vaincre certains tronçons parmi les plus difficiles de la montagne. Travail titanesque réalisé par des milliers d’ouvriers, le chantier est une succession d’échangeurs, viaducs, tunnels, … qui donnent le vertige tant chacun d’eux dépasse la taille d’une cathédrale. On pourrait la surnommer « Autoroute des Titans », sa construction ayant demandé la réalisation d’ouvrages d’art réellement « titanesques », à même de traverser à flanc de collines, sous terre ou de manière aérienne, vallées, gorges et massifs rocheux. Les prouesses techniques des entreprises de construction ont permis de faire de cette grande voie de communication un ouvrage d’art qui s’insère harmonieusement bien dans le paysage. Gigantesque infrastructure de communication, la nouvelle autoroute favorisera naturellement le développement socio-économique du pays, réduira le coût des transports et risques d’accident de la circulation, et permettra d’améliorer le cadre de vie d’une grande partie de la population algérienne.

Le silence de Tibhirine

Cent kilomètres au sud d’Alger, après avoir dépassé les villes de Blida et Médéa, on arrive au monastère de Tibhirine (Tib-Harine signifie « jardins potagers » en berbère). En mars 1996, sept moines français y avaient été enlevés et décapités, en plein milieu de la guerre intérieure que traversait l’Algérie. Aujourd’hui, plus de vingt après, ce drame continue de hanter la mémoire des habitants du village qui avaient tant aimé ces religieux. Les moines avaient choisi ce lieu magnifique, situé aux pieds des montagnes de l’Atlas, car loin de tout, il était si proche de la beauté, du ciel et des nuages. Ce qui nous est nécessaire leur était inutile car ils avaient trouvé le plus important qu’un homme puisse désirer avoir, à savoir la paix intérieure. A Tibhirine, leur esprit continue de souffler et le silence des lieux témoigne encore plus de leur présence. Le film « Des hommes et des Dieux », réalisé en 2010 par Xavier Beauvois sur la vie quotidienne des moines de Tibhirine et leurs angoisses face à la montée de la violence dans le pays, a contribué à la notoriété du monastère en France et dans le monde entier. Aujourd’hui, de très nombreux visiteurs (des centaines par mois), du monde entier mais surtout algériens, viennent visiter Tibhirine, attirés par ce lieu de mémoire, dédié à la fraternité et à l’unité entre personnes de religions différentes. Saisis par la mystérieuse sérénité du site, ils comprennent pourquoi l’écrivain Karima Berger a pu dire que « c’est l’hospitalité algérienne qui a été martyrisée à Tibhirine ».

Pascal Gbikpi.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.