San Basileo de Palenque

Posted by

San Basilio de Palenque est un village de 3 500 habitants situé à 70 kilomètres au sud de Carthagène, la capitale régionale. San Basilio, fondé par un roi africain nommé Benkos Bioho, est l’un des villages fortifiés appelés palenques, créés au 17è siècle par des esclaves fugitifs. Au terme d’années de guerres contre les Espagnols, ceux-ci leur ont accordé en 1713 la liberté et des terres dans le cadre d’un “traité d’entente cordiale” qui reconnaissait leurs propres modes de gouvernement et d’organisation sociale. Le palenque de San Basileo symbolise la lutte des noirs cimarrons, ces esclaves qui s’enfuirent de chez leurs maîtres pour recouvrer la liberté.

San Basilio est le seul palenque qui survécu jusqu’à nos jours, devenant ainsi un espace culturel unique. En 2005, l’Unesco a proclamé le palenque de San Basileo « chef-d’œuvre du Patrimoine Oral et Immatériel de l’Humanité » en 2005. Il a ensuite été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Comme tous les afro-descendants de Colombie, les habitants de San Basileo sont souvent victimes de discrimination et de préjugés qui provoquent un rejet de leurs valeurs culturelles. Outre le langage (créole inspiré de l’espagnol et des langues africaines), le palenque a permis de conserver la musique africaine et la manière traditionnelle de fabriquer les instruments pour l’interpréter, notamment les tambours (le pechiche, le bongó, la timba, le bombo, le llamador et l’alegre), la marimbula et les maracas. Une forme d’organisation sociale présente à San Basilio de Palenque est la “junta” (conseil ou assemblée) qui est constituée sur la base d’un objectif précis (par exemple une maladie) puis dissoute une fois cet objectif atteint.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *