GONDAR OU LA RENAISSANCE ABYSSINIENNE

Posted by

GONDAR OU LA RENAISSANCE ABYSSINIENNE

Perchée à plus de 2 200 m d’altitude, au nord-est du lac Tana, située à 400 km au nord d’Addis Abeba, et traversée par une petite rivière, Gondar a été la capitale de l’Ethiopie entre 1632 et 1855. Elle abrite de nombreux vestiges de son passé impérial : châteaux, palais, églises, dont l’architecture est un mélange des influences portugaise et des palais arabes d’Axoum.

● Moyen Âge

Jusqu’au 16è siècle, les empereurs salomonides (dynastie liée à l’Eglise Ethiopienne Orthodoxe et qui a succédé au 13è siècle à la dynastie Zagoué) n’avaient pas vraiment de capitale fixe. Ils vivaient dans des camps royaux qui se déplaçaient à l’intérieur du pays. C’est sous l’empereur Menas en 1559, que les dirigeants de l’Éthiopie commencent à passer la saison des pluies près du lac Tana, donnant naissance à des campements qui deviendront de vraies villes (Emfraz, Ayba, Gorgora, Dankas). C’est l’empereur Fasiladas qui fonde, autour de l’an 1635, Gondar. Il y fait construire un château puis sept églises. Les cinq empereurs qui lui succèdent érigent eux aussi leurs palais. La population de la ville est déjà de 60 000 habitants au 17è siècle. Iyasou le Grand, qui règne de 1682 à 1706, fait construire l’église de Debra Berham Sélassié (« Mont de la Lumière de la Trinité ») et plusieurs palais. Gondar sera la capitale de l’Éthiopie jusqu’à Téwodros II qui s’installe à Maqdala après avoir été couronné empereur en 1855. Par la suite, Gondar sera souvent ravagée par les guerres internes ou externes avec les Egyptiens, les Italiens et les Soudanais.

● Fasil Ghebbi

L’enceinte de Fasil Ghebbi (« enceinte royale »), entourée d’un rempart de 900 m de long et percée de 12 portes, comporte la plupart des constructions royales : les palais de Fasiladas, d’Alem Seghed Fasils (1632-1667), de Elafseghed Tsadiku Yohanness (1667-1682), d’Adiam Seghed Iyasus (1682-1706), d’Adbar Seghed Damits (1716-1721), de Messin-Seghed Bekafas (1721-1730) et de Birhan Seghed Kuregna Iyasu & Itegie Mintiwab’s (1730-1755). Non loin du Fasil Ghebbi, se trouve l’église Debra Berham Sélassié (« Mont de la Lumière de la Trinité »). En plus de Fasil Ghebbi, il y a environ vingt palais et autres bâtiments royaux, ainsi que trente églises, autour de Gondar : le Kiddush Yohannes ; Qusquam (monastère et église) ; les thermes ; le Sosinios (également connu sous le nom de Maryam Ghemb) ; le monastère de Gorgora au bord du lac Tana et le palais de Guzara.

● Gondar moderne

Pendant l’occupation italienne, Gondar devient une ville importante. En novembre 1941, les forces de Mussolini s’y retranchent après avoir été chassées d’Addis par les Anglais. Jusqu’à l’été 1943, Gondar sera la base de la guérilla italienne contre les forces britanniques. Aujourd’hui, la ville moderne, qui a 200 000 habitants, abrite l’université de Gondar, qui comprend la principale faculté de médecine d’Éthiopie. La majorité des habitants est chrétienne orthodoxe éthiopienne (85%), le reste étant musulman, protestant ou juif. Gondar est desservi par l’aéroport Atsé Tewodros du nom de l’empereur Téwodros II.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire