Grande-Bretagne 1/5 : Généralités

Posted by

1. Origines
Le territoire de l’actuelle GrandeBretagne était initialement peuplé au sud par les Bretons, de langue celtique, et au nord par les Pictes, peuple d’origine plus ancienne que les celtes.
Du IIIe au VIe siècle, des habitants de Grande Bretagne migrent sur le continent (Armorique, Asturies et Galice) et se romanisent. On a alors la Bretagne insulaire (Grande Bretagne) et la Bretagne continentale (actuelle Bretagne). L’occupation romaine prend fin en 407 après JC, avec le retrait des troupes romaines. La GrandeBretagne sera ensuite envahie, au Sud par les Angles et les Saxons, et au Nord par les Vikings.

2. Moyen Âge
Après la bataille de Hastings (1066), l’Angleterre est conquise par les Normands de Guillaume le Conquérant qui unifie un territoire morcelé en petits royaumes. A leur tour, les anglais conquerront, en 1282, le pays de Galles qui deviendra une partie du Royaume d’Angleterre en 1536. Le remariage en 1152 d’Aliénor d’Aquitaine, ex-épouse de roi France, Louis VII, avec Henri Plantagenêt (futur roi d’Angleterre) fait que ce dernier, en devenant en 1154 roi d’Angleterre, réunit au domaine anglais l’Aquitaine et le Poitou qu’Aliénor lui a apportée en dot. La guerre de Cent Ans (1337-1453) aboutit au départ des Anglais du continent, la France récupérant la Guyenne et la Gascogne et l’Angleterre conservant Calais. Puis c’est la guerre des Deux-Roses (1450-1485) qui oppose plusieurs factions de la noblesse prétendant à l’accession au trône. L’anglicanisme, instauré par Henri VIII, favorise le rapprochement avec les écossais (protestants). C’est ainsi qu’en 1603, Jacques VI, roi d’Ecosse, devient en 1603 roi d’Angleterre, donnant naissance à la GrandeBretagne. Le développement de l’élevage du mouton pousse la noblesse à enclore les communaux (mouvement des enclosures) et à accumuler des capitaux qui permettront le développement de la marine et de l’entreprise coloniale.

3. Monarchie constitutionnelle
Le règne d’Élisabeth Iere (1558-1603) fait émerger le pays comme puissance économique et militaire. L’Ecosse fusionne alors avec l’Angleterre lorsque les deux couronnes sont portées par le même souverain Jacques (James) Ier d’Angleterre et VI d’Écosse. Le passage à une monarchie constitutionnelle est le résultat de la révolution de 1642, de la décapitation du roi Charles Ier en 1649, de l’instauration d’une république par Oliver Cromwell, de la seconde révolution de 1688 et du remplacement de Jacques II par la famille protestante d’Orange.
Une première guerre commerciale entre l’Angleterre et les Provinces-Unies s’achève avec la paix de Breda (31 juillet 1667). Une seconde guerre contre les Provinces-Unies (1672-1674) est close par le traité de Westminster (19 février 1674). En 1707, l’Angleterre et d’Écosse s’unissent pour former le Royaume-Uni de GrandeBretagne.

4. 18è siècle
Le 18è siècle verra l’Angleterre frappée par plusieurs conflits : la guerre de la Succession d’Espagne (qui, de 1701 à 1714, oppose la France et l’Espagne à une coalition regroupant l’Angleterre, les Provinces-Unies, l’Empire et le Danemark, et se termine par les traités d’Utrecht et de Rastatt qui octroient aux anglais Terre-Neuve, l’Acadie, les territoires de la baie d’Hudson, Gibraltar et Minorque, ainsi que le bénéfice de l’asiento c’est-à-dire la fourniture des esclaves noirs aux colonies espagnoles), la guerre de la Succession d’Autriche (1740-1748), la guerre de Sept Ans (qui, de 1756 à 1763, oppose l’Angleterre et la Prusse à la France, l’Autriche et la Russie, et s’achève avec le traité de Paris qui accorde à l’Angleterre le Canada, la Floride, les petites Antilles de Montserrat, Saint-Vincent et Grenade, le Sénégal et tous les territoires que la France possédait à l’est du Mississippi, sauf La Nouvelle-Orléans), la guerre d’indépendance des colonies américaines (qui se déroule de 1776 à 1783 et s’achève avec le traité de Versailles qui reconnaît l’indépendance américaine et octroie à la France Tobago, le Sénégal et Saint-Pierre-et-Miquelon, et à l’Espagne Minorque et la Floride).
La perte des colonies américaines en 1783 ne freine pas l’émergence industrielle et économique du pays dont la domination devient mondiale tout au long du 19ème siècle. En 1793, l’exécution de Louis XVI déclenche la guerre entre la France et l’Angleterre. Celle-ci prend fin avec la paix d’Amiens que la GrandeBretagne rompt en 1803.

5. 19è siècle
La victoire de Nelson à Trafalgar (21 octobre 1805) sur les flottes française et espagnole rend les anglais maîtres des mers, sans que cela soit remis en cause par le blocus continental instauré en 1806 par Napoléon. Ecrasé par les forces de la coalition, Napoléon abdique une première fois, le 4 avril 1814, puis une deuxième fois, après la victoire de Wellington à Waterloo le 18 juin 1815. Au congrès de Vienne, l’Angleterre garde Le Cap, Sainte-Lucie, Tobago, les Seychelles, l’île de France (devenue l’île Maurice), Malte, les îles Ioniennes et Helgoland. Partie la première dans la révolution industrielle, disposant d’un immense empire et dominant le commerce mondial, l’Angleterre devient la première puissance du monde. Durant le règne de la reine Victoria (1837 à 1901), la GrandeBretagne accroît sa domination mondiale qui sera reprise, après la première guerre mondiale, par les États-Unis.

6. 20è siècle
La Première Guerre mondiale s’achève avec le transfert à la Grande Bretagne de la Mésopotamie, la Palestine et la Transjordanie. En 1931, le statut de Westminster crée le British Commonwealth of Nations. Pour la GrandeBretagne, la Seconde Guerre Mondiale est marqué par l’armistice entre la France et l’Allemagne qui laisse les britanniques supporter seuls le poids de la guerre, les bombardements allemands incessants en vue de débarquer en Angleterre, la victoire britannique du 23 octobre 1942 à El-Alamein (Libye) qui marque le début du recul allemand, le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord le 9 novembre 1942, le débarquement allié en Sicile le 10 juillet 1943, le débarquement des Alliés en Provence le 28 novembre 1943. Bien qu’il ait gagné la guerre, Winston Churchill ne remporte pas les élections de 1945, gagnées par les travaillistes qui renforcent le dirigisme hérité de la guerre et nationalise la Banque d’Angleterre l’énergie, les charbonnages, l’aviation civile, les télécommunications, les transports, l’électricité, et la sidérurgie, étend à toute la population le principe de l’assurance sociale, les allocations chômage, maladie, vieillesse.

A partir de 1947, l’Inde, Ceylan, la Birmanie, la Malaisie accèdent à l’indépendance, suivi à partir de 1957, par les pays d’Afrique et des Caraïbes
De retour au pouvoir, les conservateurs (1951-1964) privatisent la sidérurgie et les transports mais maintiennent certaines mesures sociales (logements, accession à la propriété, allocations familiales). Les travaillistes (1964 à 1970, puis 1974 à 1979) et les conservateurs (1970 à 1974) mènent d’importantes nationalisations (sidérurgie, Rolls-Royce, industrie aéronautique, automobile, chantiers navals…). En 1979, Margaret Thatcher libéralise l’économie et démantèle une grande partie de l’État providence. Les gouvernements successifs ne remettront pas en cause cette politique.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire