Fête du Ramadan, Fête de la joie, Fête de la foi

Posted by

FÊTE DU RAMADAN, FÊTE DE LA JOIE, FÊTE DE LA FOI

C’est ce dimanche 25 juin 2017 qu’a eu lieu la grande fête de l’Aid-El Fitr, marquant la fin du jeûne de Ramadan. Dans toute la Côte d’Ivoire, une foule joyeuse et parée de ses plus beaux atours s’est d’abord dirigée vers les mosquées et les espaces à ciel ouvert pour la grande prière d’Id al-Fitr puis a rempli les rues et tous les lieux publics, faisant partager à tous sa liesse.

  • Aid El Fitr

« Aid El Fitr » signifie en arable « fête de la rupture ». Il s’agit d’un terme arabe emprunté à l’araméen. Il est à associer au mot syriaque « ida » qui signifie « fête, jour férié ». La date de l’Aïd al-Fitr est le jour suivant le dernier jour du mois sacré de Ramadan. Il arrive donc 29 ou 30 jours après le début du mois de ramadan, selon les années. Le calendrier hégirien (ou musulman) étant un calendrier lunaire (au contraire du calendrier grégorien qui est solaire), le jour de l’Aïd al-Fitr est arrêté lorsque, durant la « nuit du doute », le premier fin croissant de lune, « hilal », est visible.

  • Salat al Aïd

La fête de la fin du jeûne de Ramadan commence par la prière commune (salat al aïd) qui a lieu en début de matinée et est effectuée soit dans une mosquée, soit en plein air dans un mossalla (espace à ciel ouvert) permettant de rassembler plus de fidèles. Après la prière, les fidèles rentrent chez eux pour le grand repas en famille. Ils visitent aussi leurs proches et amis afin de leur souhaiter une bonne fête et leur présenter leurs vœux de santé et de réussite. L’Aid El Fitr est aussi l’occasion de penser particulièrement aux morts. En effet, si le mois de jeune est un mois de joie qui, après un long effort fait de privations, de fatigue et de maîtrise de soi, remplit chacun d’un sentiment d’allégresse, de force intérieure et d’illumination spirituelle, il est aussi le moment où les pensées se tournent vers les pauvres, les opprimés et tous ceux qui nous ont quittés, qui sont morts sans être morts. « Que Dieu les accueille dans son vaste paradis » est la prière formulée.

  • Beauté des prières

Les prières de l’Aïd El Fitr sont d’une grande beauté : « Qu’Allah le très haut, de par sa grâce, sa miséricorde, sa majesté… accepte notre jeûne, nos invocations, nos prières » ; « Allah, nous implorons ton pardon et ton secours pour tous nos frères persécutés de par le monde » ; « Allah, en ce jour de fête, mets la joie, la paix, la plénitude et la quiétude dans le coeur de tous les opprimés, essuie les larmes de toutes ces familles qui pleurent, fais que leur peines et leurs souffrances deviennent leurs joies, leur réconfort et leur sourire » ; « Allah, durant ce mois de Ramadan, tourne nos pensées vers tous ces enfants devenus orphelins, vers ces épouses et ces époux devenus veufs, vers ces mères et ces pères qui ont perdu la prunelle de leurs yeux » ; « Que Dieu donne à tous nos frères et sœurs, qui vivent des grandes épreuves de la vie, le courage nécessaire pour affronter leur douleur » ; etc.

  • Foi

La fête de l’Aïd El Fitr est l’occasion pour les croyants de redécouvrir la beauté et la joie de la foi, chemin que chacun doit parcourir par lui-même, car dans la foi est mis en jeu ce que l’homme a de plus personnel et de plus intime, son coeur, son intelligence, sa liberté, dans un rapport secret avec ce Dieu qui oeuvre en lui. Aïd El Fitr montre aussi que la foi est, de façon tout aussi radicale, un acte et une attitude communautaire, la joie de la foi étant une joie qui doit être partagée. La communauté des croyants apparaît alors comme une compagnie d’amis fiables, proches dans tous les moments et toutes les circonstances de la vie, que ceux-ci soient heureux et gratifiants, ou difficiles et sombres, une compagnie qui n’abandonnera pas l’autre, même dans la mort, une compagnie qui ne recherche rien d’autre que le véritable bien de l’autre. La foi n’est donc pas un savoir, mais une adhésion de tout l’être, le coeur, l’intelligence, le corps, à l’autre et au Créateur. C’est cette adhésion qui remplit la vie humaine d’une lumière, d‘une force et d’une espérance merveilleuse. Cette chaleur de l’amour de Dieu et du prochain est un bien précieux, une lumière et une promesse qui donne à toute vie humaine un sens éternel et lui ouvre une immense espérance.

  • Jeunes

La famille et les enfants sont au centre de la fête de l’Aïd El Fitr, montrant ainsi le souci des adultes d’éduquer les nouvelles générations à la foi et d’apporter un remède à ces deux orientations de l’actuelle culture sécularisée, à savoir l’agnosticisme et le relativisme, qui réduisent l’intelligence humaine à une simple raison calculatrice et fonctionnelle, étouffant le sens religieux inscrit au plus profond de la nature humaine, rongeant les liens les plus sacrés et les sentiments les plus dignes de l’homme, et créant des personnes fragiles tissant des liens précaires et instables. Pour les musulmans, les enfants, les adolescents et les jeunes ont besoin, plus que les autres, de découvrir la foi comme une source de joie et de sérénité, qui nait de la certitude d’être aimés par leur Créateur, par Celui qui tient entre ses mains l’univers tout entier et qui aime chacun d’un amour passionné et fidèle, un amour plus grand que toutes les infidélités et les péchés de l’homme, un amour qui pardonne. Les adolescents et les jeunes sont ceux qui ont le plus besoin de comprendre que la foi, loin d’être, avec ses commandements et ses interdits, un obstacle au bonheur, ne veut pas étouffer l’amour mais au contraire le rendre sain, fort et véritablement libre. La foi permet à l’amour humain d’être purifié, de mûrir et de se dépasser pour être le principe d’une joie véritable et durable, pour répondre ainsi à la promesse d’éternité qu’il porte en lui et à laquelle on ne peut renoncer sans se trahir soi-même

  • Amour

Les grandes fêtes musulmanes sont là pour rappeler que rien ne peut empêcher ou diminuer l’amour que Dieu poursuit envers tous, amour qui permet de supporter la douleur, apaiser la crainte, pardonner généreusement, éviter les querelles, renouveler les forces et bénir et aider les autres. Cet amour remplit l’immensité de l’espace ; il ne peut donc y avoir pénurie d’amour dans l’univers et il peut être donné en autant de quantité que chacun le désire. L’amour de Dieu est indissociable de l’amour du prochain.  Essayer de trouver l’amour durable sans obéir à Dieu, sans aider et sans se sacrifier pour les autres, c’est comme essayer de vivre sans manger : cela est contre les lois de la nature et cela ne peut pas réussir.

  • Différences

Durant la fête de l’Aid El Fitr, les prédicateurs mettent en garde contre la manipulation de la religion à des fins politiques ou autres et contre la discrimination basée sur les différences. Ils incitent à lutter contre les divisions et les tensions sociales qui naissent de l’ignorance, de la pauvreté et de l’injustice. Ils en appellent à tous pour faire valoir la supériorité du droit en assurant une vraie justice et arrêter les auteurs et les promoteurs de la violence. D’autres recommandations importantes sont faites : ouvrir les cœurs au pardon mutuel et à la réconciliation, en vue d’un vivre en commun paisible et fructueux ; reconnaître ce que nous avons en commun et respecter les différences, comme base d’une culture du dialogue ; reconnaître et respecter la dignité et les droits de chaque être humain, sans aucune distinction basée sur l’ethnicité ou l’affiliation religieuse ; promulguer des lois justes qui garantissent l’égalité fondamentale entre tous ; éduquer au respect, au dialogue et à la fraternité, dans les divers espaces éducatifs que sont la maison, l’école, les lieux de culte ; promouvoir la paix et l’harmonie entre les diverses communautés religieuses.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire