Sidiki Diabate, Le Petit Prince De La Kora

Posted by

SIDIKI DIABATE, LE PETIT PRINCE DE LA KORA

Samedi 20 août 2017, Sidiki Diabaté, surnommé « le petit prince de la kora », a fait partager la beauté de la musique mandingue, rehaussée par les instruments électriques, à un public survolté qui buvait chacune de ses chansons, criant de joie au pied du grand podium installé dans le parc du Palais de la Culture d’Abidjan.

  • Une longue lignée

Sidiki Diabaté, né en 1991 à Bamako au Mali, est issu de la 72ème génération d’une des plus exceptionnelles familles de griots et de joueurs de kora. Il est le fils de Toumani Diabaté Diabaté, Grammy Awards 2006 et 2010, et le petit fils de Sikidi Diabaté, nommé « Roi de la kora » au Festac (festival des arts et de la culture) 1977 de Lagos. A force d’étude et de travail, Sidiki Diabaté parvient très tôt à maîtriser parfaitement la pratique de la calebasse à 21 cordes, transmission d’une mémoire, d’un savoir et d’une culture. La maturité et l’expression personnelle de Sidiki Diabaté lui permettront de marier musique traditionnelle, kora et hip hop, en alliant modernité et respect de la tradition. Sidikia suit ses premiers cours de formation avec son père Toumani Diabaté, puis se perfectionne auprès de son oncle Madou Sidiki Diabaté et de Madi Kouyaté, le jeune frère du grand Maître de la Kora Feu Soriba Kouyaté du Sénégal qui a été le premier à emmener la kora dans le jazz. Après 4 ans de formation à l’INA (Institut National des Arts du Mali), Sidiki approfondit, au Conservatoire Balla Fasseké Kouyaté, ses connaissances de la musique du monde.

  • Tradition et modernité

A travers sa musique avant coureuse et novatrice qu’il maîtrise du bout des doigts, Sidiki Diabaté se montre tantôt sentimental avec des titres doux dont la musicalité résonne par le son cristallin des cordes de la kora, tantôt dynamique avec des rythmes plus urbains mettant le rap en valeur sur des instruments électro. C’est avec cet équilibre parfait et sa diversité sonore, que Sidiki a su convaincre tous ses publics, en Afrique et dans le reste du monde. Sidiki Diabaté a été le plus jeune Africain nommé aux Grammy Awards en 2015. Il s’est fait connaître du grand public français pour avoir inspiré le titre « Validée » du rappeur Booba. Il a aussi enregistré avec Niska et Iba One, démontrant une fois de plus que la musique africaine redessine calmement le paysage du rap français.

  • Un but largement atteint

S’envolant vers d’autres univers et styles musicaux tels que le hip hop, le jazz, le funk, Sidiké Diabaté est accompagné par la « Symphonie de la Kora », groupe d’une vingtaine de musiciens créé par son père Toumani Diabaté. Mais Sidiki Diabaté n’est pas seulement un joueur de Kora. C’est un artiste complet, également pianiste, auteur, compositeur, interprète, programmeur, arrangeur et ingénieur du son. C’est ce qui explique la magie qu’il a su faire naître du mélange entre l’instrument traditionnel (la kora) et la programmation numérique. Il confie que c’est en écoutant « Songhaî », un album où son père mélange de la musique espagnole avec de la kora, que l’idée lui est venue de mixer kora et sons électriques. Reprenant d’anciens morceaux mandingues, il travaille la musique avec de nouveaux textes et des caisses qui résonnent mieux. « C’est tout » dit-il. Force est de reconnaître qu’il a atteint son but, à savoir amener la kora là où elle n’a jamais été. Ses chansons, entre rap, électro et rythmiques africaines, ont gagné le cœur de l’Afrique et de sa diaspora dans le monde.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire