Abidjan reçoit deux divas de la musique mandingue

Posted by

Ce samedi 2 septembre 2017, le grand auditorium de l’Hôtel Ivoire d’Abidjan était rempli des magnifiques couleurs de toutes sortes de basins dont s’étaient parés les amoureux de la musique mandingue, venus écouter deux de ses grandes divas, Oumou Sangaré et Affou Keïta. Tout au long des deux prestations de la soirée, les admirateurs n’ont cessé de défiler sur la scène, accompagnant de leurs pas de danses les deux grandes artistes, et déposant sans fin sur leur front des billets de banque qui retombaient en pluie sur le sol.

  • Oumou Sangaré

Oumou Sangaré, fille de la chanteuse Aminata Diakité, commence à chanter très jeune. En effet, c’est âgée d’à peine 5 ans qu’elle est révélée lors d’un concours opposant des écoles maternelles. Alors qu’elle n’a que 18 ans, en 1987, elle enregistre son premier album « Moussoulou » avec le producteur sénégalais Ibrahima Sylla. L’enregistrement connaît un succès fulgurant et marque le début de sa carrière internationale. Oumou Sangaré devient ainsi une ambassadrice de la musique traditionnelle de son Wassoulou natal, région située à cheval sur le Mali, la Guinée et la Côte d’Ivoire. Parcourant les plus grandes scènes (Opéra de Sydney, Central Park, Roskilde Festival, Festival d’Essaouira, Opéra de Bruxelles, Queen Elisabeth Hall, Olympia, tous les grands festivals des Pays-Bas, …), Oumou Sangaré a contribué par son immense talent à faire connaître la musique mandingue à travers le monde. Originaire du Mali sans être griotte, Oumou Sangaré a eu la chance de ne pas avoir à porter le fardeau héréditaire des griots, qui est de propager les légendes et chanter les louanges des princes et des puissants. Elle a ainsi pu se faire l’avocate du quotidien vécu par ses compatriotes, petits et grands. Grâce à sa voix envoûtante et puissante, elle fustige, à l’instar de ses aînées, Nahawa Doumbia ou Coumba Sidibé, l’excision, la polygamie, les femmes soumises ou les mariages arrangés. Son dernier album « Mogoya », sorti en 2017, met les jeunes filles en garde contre les séductions des garçons. Oumou Sangaré a aussi touché au cinéma. Dans le film « Beloved » (1998), adapté du roman de Toni Morrison, elle a joué aux côtés d’Oprah Winfrey dans le rôle principal. Oumou Sangaré brille même dans le domaine des affaires : elle a donné son nom, « Oum Sang » à des 4×4 de fabrication chinoise, et au riz Oum Sang, importé mais qu’il est question de produire au Mali. Elle possède également un hôtel, Wassulu, à Bamako, une quarantaine de bungalows construits dans sa région pour accompagner le lancement d’un festival autour de la musique wassoulou, ainsi qu’une ferme de 10 ha sur les bords du fleuve Niger.

  • Affou Kéïta

Affou Kéïta, ivoirienne originaire d’Odienné, est une autre star de la musique mandingue. Affou Keïta, de son vrai nom Assita Kéïta, est djély (griot) de par sa mère, Hadja Koumba Djan, issue d’une grande famille de griots. Mais c’est à sa tante, Gnaré Farafina, qu’elle doit son amour pour le chant. En effet, dès l’âge de 7 ans, elle l’accompagne dans l’animation des nombreuses cérémonies de mariages et de baptêmes. « Je suis musulmane. Mon père et ma mère sont des musulmans. Dieu a toujours été au centre de ma vie. Je crois en Dieu » confie-t-elle. Par sa classe et son élégance, Affou Keïta s’inscrit incontestablement dans la lignée des divas de la musique mandingue. Accompagnée par des musiciens de renom et une musique rythmée, elle sait allier sa voix sublime, avec la beauté des mélodies, la diversité des instruments modernes et traditionnels, et la fougue de ses danseurs. Par son brio et sa virtuosité, Affou Keïta ne cesse de démontrer que la Côte d’Ivoire contribue à part égale avec les autres pays de la région (Mali, Burkina, Sénégal, Guinée, …) à perpétuer la renommée de la musique mandingue et à la faire connaître et aimer dans le monde. « Yiri », qu’elle a dédié à son fils, est son troisième album, arrangé par Evariste Yacé et enregistré au Studio de Ismaël Isaac.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *