Egypte 12/14 : Philae

Posted by

Le temple de Philae est l’un des trois temples ptolémaïques les mieux conservés avec ceux d’Edfou et de Dendera.
Les îles de Philae, de Biga et d’Agilkia étaient les trois îles sacrées sises à l’extrémité sud de la première cataracte. Philae était le domaine de la déesse Isis et Biga était le lieu où Osiris dormait de son sommeil éternel et où aucun être humain ne pouvait avoir accès. Agilkia est l’îlot où a été reproduite fidèlement la topographie de Philae avant d’y transférer, de 1972 à 1980, les temples de Philae, menacés par les eaux du premier barrage construit par les britanniques en 1894, puis du deuxième barrage, construit par Nasser.
Philae était le centre du culte d’Isis et le lieu d’un grand pèlerinage à la déesse Isis, épouse d’Osiris, mère d’Horus et belle-mère d’Hathor. Isis était chérie et vénérée par le peuple car elle était celle qui, par la force de son amour, avait réuni les membres épars du corps de son époux Osiris, tué par son frère Seth, l’avait ressuscité afin qu’il puisse la féconder et mettre au monde le jeune dieu Horus. La théologie osirienne se retrouve un peu partout en Egypte et en particulier dans les Textes des Pyramides (5è dynastie) mais c’est à Philae qu’elle est le plus clairement illustrée.
Le temple de Philae est l’un des derniers à avoir été construits (30è dynastie). Le culte d’Isis était très populaire et s’était maintenu même après la fermeture des temples égyptiens imposée par le décret de Théodose en 391. Finalement, il sera fermé en 551 sur ordre de Justinien. Les coptes transformeront alors le temple en église. Des croix coptes fleurissent sur les murs et piliers du temple et les bas reliefs sont martelés, la tête étant remplacée par une croix.
Après la construction par les Britanniques du premier barrage d’Assouan en 1894, le temple de Philae se trouvait huit mois par an sous les eaux. Pendant 70 ans, la visite de Philae se faisait en barque. Le temple se dégradait inexorablement. Il fallait donc le sauver à tout prix. Le temple de Philae, « perle de l’Egypte », a donc fait partie de ceux (Abou Simbel, Kalapsha, Philae, …) qui ont été déplacés par l’Unesco pour leur éviter d’être noyés par le lac Nasser. Le coût total du déplacement des temples a été de 40 millions $, payés pour une moitié par l’Egypte et pour l’autre par 23 pays.
Les travaux de déplacement du temple de Philae sur l’île voisine d’Aguilka ont commencé en 1972 et ont duré huit années. Un coffre de 850 m de long et 15 m de haut a tout d’abord été mis autour du temple puis l’eau a été pompée, le temple séché et le limon collé sur les murs nettoyé. Le temple a alors été découpé en 40 000 blocs de grès, numérotés un par un et replacés à l’identique sur un autre îlot de granit, situé douze mètres plus haut, sur l’île d’Aguilka. L’opération a pris 8 années (1972 à 1980), le nouveau site ayant été inauguré le 10 mars 1980.
Le temple est un mélange de plusieurs styles : Egyptien (30 è dynastie), Grec (fin des Ptolémées), Romain, Copte, Arabe et Français (les troupes napoléoniennes l’avaient transformé en camp militaire). L’expédition française, qui emmenait avec elle 200 savants, est perçue de façon positive par les Egyptiens. Elle a en effet permis l’apparition des journaux et des cartes géographiques, la construction du premier théâtre au Caire, sur la place Esbakia, la rédaction du livre « Description de l’Egypte » en 9 volumes, …
Le temple de Philae est précédé par le kiosque de Nectanebo II bâti au 4è siècle avant JC. Puis une longue cour bordée d’une colonnade mène au temple d’Isis.

a.Pylône
L’entrée est constituée d’un pylône, construit par Ptolémée XII Néos Dionysos et sur lequel on le voit massacrer ses ennemis sous les yeux d’Isis, Horus et Hathor.
Deux lions de granit, jadis associés à deux obélisques, montent la garde.
Normalement, le temple égyptien était construit selon une ligne qui le partageait en deux parties parfaitement symétriques. Seuls deux temples (Philae et Louxor) ne sont pas construits de part et d’autre de cet axe de symétrie parfait.
b.Cour à ciel ouvert
La cour à ciel ouvert est entourée par deux portiques de colonnes. Les chapiteaux sont parmi les mieux conservés. Elle s’ouvre à l’est sur la salle hypostyle, et à l’ouest sur un mammisi composé d’un pronaos et de trois chambres.
c.Salle hypostyle
Un deuxième pylône mène à la salle hypostyle dont les murs sont ornés de reliefs évoquant l’éternel dialogue du roi avec les diverses formes de la divinité. En 394, Rome reconnaît officiellement la religion chrétienne et ordonne la fermeture des temples. La salle hypostyle est alors transformée en église.
d.Sanctuaire
Le sanctuaire, ou cœur liturgique du temple, en est l’endroit le plus sacré. Il comprend les quatre éléments classiques du sanctuaire : le reposoir de la barque sacrée, la barque sacrée, le naos, et la statue en or placée dans le naos.
On y voit plusieurs éléments classiques : l’oeil d’Horus qui représente l’œil arraché par Seth, Isis qui ressuscite Osiris en battant des ailes, la fleur de lotus qui symbolise la résurrection, …
Tous les dix jours, la statue en or d’Isis quittait son naos dans le temple de Philae pour rejoindre son époux Osiris sur l’île de Biggeh , à quelques centaines de mètres. C’est en effet sur cette île qu’Osiris aurait été enseveli après que ses membres disjoints eurent été réunis par son épouse Isis.
e.Mammisi
Un mammisi élevé par Ptolémée VI est dédié à Horus. d’une porte monumentale en bois de cèdre était précédés de deux obélisques (aujourd’hui disparus) et de deux statues de lions.
f.Kiosque de Trajan
Un kiosque à 14 colonnes représentant les 14 morceaux du corps d’Osiris permet de voir l’empereur Trajan brûler de l’encens devant Isis et Osiris. La terrasse du kiosque avance vers le fleuve et est destiné à recevoir la barque de la déesse.
Une double colonnade remplace le dromos classique bordé de sphinx et conduit à l’embarcadère.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire