Egypte 14/14 : Abou Simbel

Posted by

A Abou Simbel, Ramsès II (1279-1213), troisième souverain de la 19è dynastie, fera construire entre l’an 24 et l’an 31 de son règne, un grand temple dédié au roi associé à Amon-Rê, Ptah et Horakhy, et un deuxième temple, plus petit, dédiée à la reine Nefertari, associée à Hathor. Taillé à même la falaise, ces deux temples forment un ensemble grandiose. Il ne s’agissait pas réellement d’une divinisation du roi, mais de son adoration en tant qu’hypostase divine : le culte ne d’adressait pas au roi, mais à la manifestation de la divinité qu’il représentait.
Afin de protéger les deux temples qui auraient été submergés par les eaux du barrage et définitivement détruits, ils ont été découpés en 1 042 blocs pesant jusqu’à trente tonnes et transportés 64 m plus haut et 200 m plus à l’ouest. Quatre ans et demi plus tard, le 22 septembre 1968, les « nouveaux » temples d’Abou Simbel étaient inaugurés. Trois mois plus tard, les eaux envahissaient l’ancien site.
L’emplacement du temple a été choisi pour sa proximité des mines d’or et à la frontière avec les Kouchites du sud.
Le deuxième temple, consacré à Nefertari, comprend six statues : quatre de Ramsès et deux de Nerfertari.
Les deux temples, incarnant l’un la reine, l’autre le roi, miment la vie du Nil et surtout l’inondation qui ramène la vie en Egypte.
a.Grand temple
Le grand temple est dédié aux gardiens des grandes villes d’Egypte (Amon de Thèbes, Ptah de Memphis et Rê-Harakhtès d’Héliopolis) à la gloire de Ramsès II. Le temple, découvert en 1813 par l’explorateur suisse Jean-Louis Burckhardt, est sculpté d’un seul bloc dans le rocher d’une colline.

 

● Façade
Sa façade haute de 33 m présente quatre colosses assis de Ramsès II, de 20 m de haut, sculptés en haut relief, portant chacun la double couronne de Basse et Haute Egypte. La largeur des lèvres est de 1 m et la distance entre les oreilles de 5 m. Une frise surplombant les colosses est constituée de babouins, chacun d’une une hauteur de 2,40 m, accueillant le soleil levant.
● La salle hypostyle
Les colosses des piliers sud sont en posture osirienne avec le sceptre et le fouet et portent la couronne blanche de Haute-Egypte. Les colosses des piliers nord portent la double couronne. Sur les murs, Ramsès II fait des offrandes à sa propre personne déifiée. Sur le mur de droite, des bas reliefs illustrent la bataille contre les Hittites, à Kadesh, sur l’Oronte, près de Homs (Syrie actuelle) qui s’est déroulée en 1247 avant Jésus-Christ et a été conclue par un traité de paix avec Hattusili III, roi des Hittites. Ramsès II épousera même deux princesses hittites. L’armée égyptienne comptait quatre divisions dont une dirigée par Ramsès II en personne. Sur une des parois du temple est gravé le « poème de Pentao », prière que Ramsès adresse à son père Amon qu’il supplie de lui venir en aide. Il est en effet encerclé par l’armée hittite. « Je t’appelle, mon père Amon. Je suis au milieu d’une foule inconnue. Tous les pays étrangers se sont ligués contre moi, et je me retrouve seul sans personne. … Voilà que j’étais en prières au fin fond des pays étrangers ; et ma voix fut entendue dans l’Héliopolis du Sud. Je m’aperçus qu’Amon répondait à mon appel : Il me tendit la main et je m’en réjouis. Il me parla par derrière, comme s’il avait été tout près : ‘Courage ! Je suis avec toi : je suis ton père et je te prête main forte, je vaux mieux que cent mille hommes : je suis le maître de la victoire et j’aime la vaillance !’ ». Galvanisé par la présence du dieu, le roi taille en pièces ses ennemis. Trois ans plus tard, il signera avec Hattusili, roi des Hittites, un traité de paix. Ramsès II épousera même deux princesses hittites.
La deuxième salle est consacrée à Amon, Dieu de la fertilité.
● Vestibule
Le vestibule précédant le sanctuaire est décoré de scènes montrant Ramsès II et Nefertari faisant des offrandes à Amon et Rê-Hérakhtès.
● Le sanctuaire
Le saint des saints est aménagé au plus profond de la grotte. Le fond du Naos est occupé par quatre statues représentant de gauche à droite, Ptah, dieu des ténèbres, Amon, au mortier surmonté de deux hautes plumes, Ramsès et Horus à tête de faucon. Devant eux, un socle accueillait probablement la barque sacrée.
Chaque année, le 20 octobre et le 20 février, le soleil, à son lever, apparaissait dans une fente de la montagne, sur la rive droite. Le 20 octobre, le premier rayon traversait tout l’intérieur du temple pour frapper le visage de la statue d’Amon avant d’illuminer celui du roi. Le 20 février, le premier rayon de l’astre touche d’abord la statue d’Horus pour éclairer ensuite pleinement l’image du souverain. Ces deux phénomènes conçus par les prêtres avaient pour but de revigorer pharaon dans son état d’incarnation terrestre du Dieu, deux fois l’an. Les rayons de soleil qui éclairaient le fond du temple deux fois par an, le 20 octobre et le 20 février, ne touchaient jamais Ptah, dieu des ténèbres. Malgré tous les efforts des scientifiques et des architectes, lors du déplacement du temple, il n’a pas été possible de reproduire l’éclairage aux deux dates exactes mais seulement à un jour près (22 février et 22 octobre). Ce que les égyptiens ont été capables de faire il y a 35 siècles, les hommes du 20è siècle n’ont pu le refaire.
b.Petit temple
Le second temple, plus petit, est dédié à Hathor et a été édifié par Ramsès en hommage à Nefertari, celle qu’il chérissait le plus entre toutes ses épouses et qui décède quand il est âgé de 54 ans.
● Salle hypostyle
Les chapiteaux de la salle hypostyle sont dédiés à la déesse Hathor. Les murs montrent Ramsès combattant les ennemis de l’Egypte, sous les yeux de Néfertari.
● Vestibule
Dans le vestibule, le couple royal fait des offrandes aux dieux.
● Sanctuaire
Le naos abrite une statue d’Hathor, aux cornes de vache.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire