Egypte 11/14 : Edfu

Posted by

Edfu, situé à mi-chemin entre Louxor et Assouan, à 130 km de l’un et l’autre, était à la fois le deuxième none de la Haute Egypte et un site sacré pour les Egyptiens. C’est en effet à Edfu que le dieu faucon Horus a mené une bataille féroce contre son oncle Seth, cruel assassin d’Osiris, père d’Horus.
Dédié à Horus, le temple d’Edfu est le temple égyptien le plus vaste, le plus complet et le mieux conservé, grâce au fait que jusqu’en 1815, il était ensablé jusqu’aux chapiteaux. C’est Mariette qui a fait désensabler le temple, après avoir fait raser les maisons qui s’étaient construites au-dessus du tertre de sable. Trois types de temple existaient : le temple divin, construit en l’honneur d’une divinité (Karnak, Edfu, Philae) ; le temple funéraire, édifié en l’honneur du roi (temple de Madinit Abou, construit par Ramsès III) ; le temple royal où le roi va se diviniser (construit par Ramsès II, à Abou Simbel, à 488 km au sud de Louxor).
La construction du temple d’Edfu commence en – 257 avt JC sous Ptolémée III Evergète et se poursuit jusqu’en – 60 avt JC, sous Ptolémée XII Néos Dionysos. Il comprend les quatre éléments classiques du temple égyptien : le pylône, la cour à ciel ouvert, la salle hypostyle et le cœur liturgique.
La construction se faisait en trois étapes : choix de l’emplacement, orientation du temple, construction de l’intérieur (sanctuaire) vers l’extérieur (pylône et mur d’enceinte). Pour l’orientation, on choisissait les quatre points cardinaux en fonction du lever et du coucher du soleil, et de l’apparition des étoiles.
a.Pylône
Le temple d’Edfu est dédié à Horus. Le pylône, porte d’entrée monumentale du temple d’une hauteur de 36 m, comporte deux tours. Les bas reliefs montrent le pharaon Ptolémée XII terrassant ses ennemis devant Horus et Hathor. Une porte en bois de cèdre était fermée et ouverte par les prêtres.
Deux statues d’Horus en granit noir sont postées devant l’entrée du pylône.
Deux obélisques précédaient le pylône mais ont disparu. Une allée de sphinx à tête de bélier partait du pylône. Sur les bas reliefs, on peut facilement identifier le pharaon au fait que deux cartouches au-dessus de lui indique l’un son nom de naissance, l’autre son nom de couronnement. Le pharaon est présenté en train de faire des offrandes à trois déesses :
Isis, déesse du paradis et mère d’Horus ;
Hathor, épouse d’Horus ;
Nephtis, sœur d’Isis et épouse de Seth.
La tête des trois déesses est surmontée de cornes de vache (symbole de fertilité) et d’un disque solaire et c’est la coiffe placée au-dessus qui permet de les distinguer : la tête d’Isis est surmontée d’un trône, celle de Hathor d’une maison avec un faucon, et celle de Nephtis d’un palais.
On peut également voir Thot, à tête d’ibis, dieu de l’écriture, de la sagesse et des scribes, ainsi que Maes, représentée par une plume, déesse de la vérité.
Les Ptolémées, rois grecs, n’étaient pas considérés comme légitimes, car non égyptiens. Afin de se faire accepter, le roi se fait représenter sous forme d’Horus. Le roi pharaonique n’avait pas besoin de mamisi (maison de la naissance) car, égyptien, il était accepté d’emblée.

a.Cour à ciel ouvert
La cour à ciel ouvert était le lieu où le peuple était admis pour venir adorer les divinités. La cour ets entourée par des colonnes à papyrus ouverts ou lotus fermés, signe de la période pharaonique, ou par des colonnes ornées de fleurs, de palmiers ou de raisins, signe de la période ptolémaïque.
Un signe témoigne que le temple a été construit à la période grecque et non pharaonique : ce sont les murs fermant l’espace entre deux colonnes. On pense qu’ils servaient à consolider les colonnes, ou bien à atténuer l’éclairage du sanctuaire et à y cacher ce qui s’y passait.
Quatre grandes fêtes se déroulaient dans la cour à ciel ouvert.
La première fête était la fête d’Hathor. Les prêtres allaient à Dendera chercher la statue d’Hathor qu’ils laissaient à côté d’Horus durant 14 lunes de miel. La barque sacrée arrivait à Esna puis Edfu. Puis le cortège repartait à Dendera replacer la statue d’Hathor dans son temple.
La deuxième fête était la fête du couronnement du faucon, rite annuel célébrant la naissance d’Horus et son incarnation dans le pharaon régnant. Le faucon devait baisser la tête trois fois devant le roi. Puis il était nourri, tué et momifié.
Durant la troisième fête (jour de l’an), la statue d’Horus était emmenée sur le toit du temple, où elle se chargeait d’énergie afin d’être source de fertilité.
La quatrième fête avait trait à la bataille entre Horus et Seth.
Horus, Dieu vengeur d’Osiris contre Seth, avait 14 formes mais est le plus souvent représenté par une tête de faucon furieux. La clé Ankh est la clé de vie et le sceptre Ouas est celui de la propérité.
La déesse Seshat, représentée avec deux cornes de vache renversées, était la déesse des mathématiques et de l’architecture.
b.Salles hypostyles
La première salle hypostyle contient 18 colonnes à chapiteaux composites. Une deuxième salle hypostyle comporte des chambres latérales où on stockait les présents aux dieux.
c.Sanctuaire
Le sanctuaire, ou saint des saints, comprend quatre éléments : naos en granit noir , reposoir de la barque, barque sacrée en bois de cèdre, statue de la divinité en or massif.
Le saint des saints est précédé du purgatorium est l’endroit où le roi ou le grand prêtre adresse sa prière trois fois par jour.
Des chapelles aux reliefs remarquables entourent le sanctuaire.
Les coptes, persécutés par les Romains, ont martelé les bas reliefs qu’ils considéraient comme des idoles.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire