Egypte 5/14 : Karnak

Posted by

La construction de Karnak va de la 9è dynastie (2160-2055 avt JC) à la période romaine (- 30 à + 395) et on pourrait presque écrire l’histoire de l’Egypte à partir de celle de Karnak. Le temple de Karnak impressionne par son immensité. Il s’étend en effet sur 40 ha répartis entre trois aires closes et bien distinctes, qui sont les sanctuaires d’Amon (30 ha), Montou (2,5 ha) et Mout (9,5 ha). La construction du temple s’est étalée sur vingt siècles avant et après JC. Sous la 19è dynastie, 80 000 hommes y travaillaient comme ouvriers, gardes, prêtres et serviteurs. Le sanctuaire le plus important était celui d’Amon et était constitué de la façon suivante.
a.Allée de sphinx
Une allée de sphinx criocéphales (tête de bélier) de 3 km reliait le temple de Karnak à celui de Louxor, qui était une annexe de Karnak. Ce type de sphinx symbolisait le dieu Amon (identifié par le bélier) protégeant le pharaon reproduit entre les pattes antérieures de l’animal. Les sphinx possèdent plus souvent un corps de lion et une tête d’homme. Ils bordent le dromos qui conduit au temple d’Amon comme une haie d’honneur, aux vertus protectrices.
b.Pylône
Le pylône principal avait 136 m de long et 40 m de haut. Les blocs de pierre étaient montés grâce à une rampe en brique qui était ensuite démontée, tout en gravant les murs. A Louxor, où le climat est quasi désertique, la rampe existe encore, alors qu’autour des pyramides du delta, la pluie a enlevé les rampes en briques de terre.
c.Cour intérieure
La première cour intérieure comprend le petit temple de Séthi II avec trois chapelles consacrées à Amon, Mout et Khonsou, le grand pavillon de Taharka pour abriter les barques de procession, le colosse de Penedjem (15 m de haut) et, à l’entrée de la grande salle hypostyle, une imposante statue en granit rose de Ramsès II, avec une de ses filles à ses pieds

d.Salle hypostyle
Précédée par un second pylône, la salle hypostyle couvre 7 200 m2 et comporte 134 colonnes. On trouve 12 colonnes centrales de 25 m de haut avec des chapiteaux papyriformes ouverts et 122 colonnes de 20 m de haut avec des chapiteaux papyriformes fermés. La différence de hauteur entre les colonnes centrales et les autres a permis l’insertion de larges fenêtres en grès (claustrat) créant à l’intérieur un jeu d’ombre et de lumière raffiné. La construction de la salle a duré vingt ans, sous Seti I et Ramses II (19è dynastie). Les colonnes (socle + fut + chapiteau + travée) ont été construites de la façon suivante : une fois les 134 socles en place, la salle a été ensablée. Les futs ont alors été posés sur les socles puis, après un nouvel ensablement, les chapiteaux sur les futs, puis après un troisième ensablement, les travées ont été posées sur les chapiteaux. La salle a alors été désensablée, les colonnes étant gravées et peintes au fur et à mesure qu’elles étaient découvertes. En 1989, 26 statues ont été trouvées et se trouvent au musée du Caire.
Pour se venger de la reine Hapshesout qui lui avait « usurpé » son pouvoir, Toutmosis III fait marteler toutes les scènes que la reine Hapshesout avait fait graver à Louxor.
Les gravures dépeignent les différents dieux : le dieu-ibis Thot (dieu de la sagesse et de l’écriture), le dieu-faucon Horus, le dieu Amon (dieu de la fertilité), … Les batailles menées par Toutmosis III sont abondamment évoquées : il aurait mené 17 campagnes militaires.
e.Sanctuaire
Un troisième pylône avec vestibule, d’Aménophis IV, précède la cour d’Aménophis III. On trouve ensuite l’obélisque de gauche (celui de droite a disparu) en granit rose de Touthmosis Ier. Le quatrième pylône, de Touthmosis Ier, marque l’entrée du noyau central du temple d’Amon. Un vestibule du temple s’ouvre alors avec les obélisques d’Hatchepsout en granit rose. Un cinquième et un sixième pylônes précèdent le vestibule du sanctuaire. Le sanctuaire des barques sacrées est construit en granit rose. Derrière le sanctuaire se trouve le temple jubilaire bâti par Thoutmosis III.
f.Aile sud
En tournant à droite après la salle hypostyle, on rencontre la porte de Ramsès IX, une cour à ciel ouvert, le septième pylône (de Touthmosis III), le huitième pylône (de Touthmosis II) et Hatchepsout, et le neuvième pylône (d’Horemheb).
g.Lac sacré
Le lac sacré permettait aux 17 000 prêtres de Karnak de procéder aux divers rites de purification. Il était entouré de magasins et d’habitations pour les prêtres.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *