Egypte 2/14 : Abydos

Posted by

Abydos, nom donné par les Grecs à This, était le centre du culte d’Osiris, dieu des morts. C’était ici en effet qu’était conservée la tête du Dieu, c’est-à-dire sa relique la plus importante. Abydos était la ville la plus sacrée du temps des pharaons. Abydos était également connue pour avoir été la nécropole des pharaons des 1ère et 2ème dynasties et même de souverains antérieurs à ces dynasties et pour lesquels a été créée la « dynastie O ». Abydos peut donc être considéré comme le berceau de la civilisation pharaonique. Il faut également observer qu’Abydos se trouve quasiment à mi-chemin entre le Sud et le Nord de l’Egypte, entre la Nubie et le Delta.
Tous les Egyptiens espéraient faire de leur vivant le pèlerinage à Abydos ou y être enterrés. C’était la Cité Sainte où tous rêvaient d’avoir une chapelle funéraire ou au moins une stèle commémorative. Dans de nombreux tombeaux, les peintures montrent le défunt faisant le voyage posthume à Abydos. Selon la tradition, la tête d’Osiris, après son assassinat par son frère Seth, aurait été inhumée à Abydos. Abydos était une grande ville, avec de nombreux cimetières et temples, dont le grand temple d’Osiris.
Plusieurs temples sont compris dans le temple d’Abydos :
le temple d’Osiris ou l’Osireion, dédié à la divinité Osiris, fut un lieu de culte renommé dans tout le pays. Le temple est aujourd’hui en très mauvais état, mais il témoigne de sa splendeur passée.
le temple de Ramsès II est un des plus beaux temples construits par Ramsès II et se trouve à seulement 300 mètres de celui de son père, le pharaon Séthi Ier. Sur les parois du temple, figurait une scène de la bataille de Qadesh. La fresque est partiellement détruite, mais des scènes presque identiques se trouvent dans le temple d’Abou Simbel
le temple de Séthi Ier est le temple le mieux conservé d’Abydos. Appelé “temple de millions d’années”, il fut construit sur un terrain vierge à 500 mètres des autres temples. Il est aussi nommé “grand temple d’Abydos”. Ce temple comporte la fameuse liste d’Abydos qui récence une partie des pharaons de l’histoire égyptienne. Le temple de Séthi Ier comportait sept chapelles dédiées aux divinités suivantes; Séthi Ier lui-même, divinisé, Rê-Horakhty, Ptah, Osiris, Horus, Amon-Rê et Isis
le temple de Sésostris III a été bâti par le pharaon Sésostris III, au pied de la falaise. En briques crues, le temple mesure 54 mètres par 34 mètres. Seul le cœur du temple est construit en calcaire.

La plus grande partie des reliefs du temple d’Abydos a été réalisé sous le règne du pharaon Séthi Ier, c’est ensuite son fils, le pharaon Ramsès II qui continua son oeuvre sous son règne.
Aujourd’hui, ce qui reste à voir est le cénotaphe (temple funéraire) de Séti I (19è dynastie, 1294-1279), père de Ramsès II. Après la mort de son père, Ramsès II (1279-1213) construit son propre temple au nord de celui de Seti I.
Un premier pylône (aujourd’hui détruit) donnait accès à une première cour (également détruite). Une rampe menait à travers un portique à la deuxième cour, qui constitue l’entrée actuelle du temple. Une première salle hypostyle (avec deux files de douze colonnes) mène à une deuxième salle hypostyle (qui contient trois files de deux colonnes, ainsi que des scènes en bas-relief montrent Seti I avec les dieux Osiris et Horus). Puis se succèdent les sept chapelles sanctuaires dédiées respectivement à Seti I divinisé et aux dieux Ptah, Rê-Horakhty, Amon, Osiris, Isis et Horus. Chacune de ces chapelles abritait la barque et la statue de son dieu, servi quotidiennement par les grands prêtres. Suit une salle plus petite qui dessert quatre autres chapelles.
Derrière le temple, on trouve l’ « Osiréion » (tombe d’Osiris), monument sépulcral ou cénotaphe de Séthi I. Il s’agit d’une grande salle avec huit piliers de granit et de petites chapelles tout autour.
Une fois par an, en début d’année au commencement de la saison de l’inondation, lors d’une grande fête à laquelle tous pouvaient assister, le dieu Osiris sortait du temple. La statue d’Osiris quittait le temple dans une barque, pour se rendre en grande pompe jusqu’à sa tombe située dans un lieu nommé Ro-Peher. Là, on commémorait sa mort et son triomphe sur ses ennemis. Puis la statue regagnait le temple.
Le temple d’Abydos donne une bonne idée du principe du temple funéraire construit par le Pharaon : associer le culte du roi défunt à celui de la famille divine locale de façon à réaliser une assimilation entre le souverain et le dieu de la ville. En s’associant au culte d’Osiris, dieu local d’Abydos, Sethi I assure la pérennité de sa lignée, dont il devient l’initiateur comme Osiris est celui de la descendance d’Horus.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *