FÊTE DE LA TABASKI, FÊTE DE LA FOI ET DE LA CONFIANCE

Posted by

Ce mardi 21 août 2018, la communauté musulmane de Côte d’Ivoire, comme celle du reste du monde, a célébré dans la joie et le recueillement la fête de la Tabaski, ou Aïd-al-Adha (« fête du sacrifice » en arabe) ou encore Aïd el-Kebir (« la grande fête » en arabe, par opposition à l’Aïd-el-Fitr ou « petite fête »). La Tabaski, qui marque la fin du Hajj, pèlerinage à La Mecque, est la plus importante fête de l’Islam, après l’Aïd-el-Fitr, qui célèbre la fin du Ramadan. Dans tout le pays, tôt le matin, hommes, femmes et enfants, vêtus de leurs plus beaux habits, ont convergé vers les lieux de prière, les yeux brillants d’une félicité secrète. 

Foi

La Tabaski commémore la force de la foi d’Abraham qui accepte de sacrifier, sur l’ordre de Dieu, son unique fils Ismaël (Isaac dans la tradition judéo-chrétienne). Au dernier moment, Dieu envoie l’archange Gabriel (Jibril) qui lui somme d’arrêter et substitue à l’enfant, un mouton à sacrifier. Que de leçons pour chacune de nos vies à tirer du souvenir de cet acte d’amour d’Abraham envers Dieu et de sa confiance éperdue envers son Créateur. Cependant, le père n’est pas le seul à faire acte d’obéissance. Le fils, par son attitude soumise, accepte lui aussi de reconnaître une volonté plus grande que la sienne et d’y adhérer. Ainsi, le père et le fils montrent que Dieu est patient envers les patients qui acceptent d’endurer la réalité, non pas dans une résignation servile, mais avec  un cœur rempli de confiance envers Celui qui n’abandonne jamais ceux qui Lui sont fidèles. C’est ce grand message d’amour et de foi que la Fête du Sacrifice veut aider les hommes à vivre pleinement et en toute intelligence spirituelle. 

Mouton

La Tabaski est aussi la fête du mouton. Après la grande prière du matin à la mosquée, les familles retournent chez elles et sacrifient un mouton dont elles mangent la viande, en veillant à la partager avec les voisins, les pauvres et les proches. L’immolation de l’animal est très importante par elle-même car la personne qui pratique le sacrifice dans sa maison pour lui et sa famille et mange de sa viande, reçoit des grâces spéciales pour ce bienfait. Cependant, dans des cas particuliers et bien justifiés, il est possible de substituer au sacrifice du mouton un don financier aux pauvres, si cela est conforme à l’esprit de partage que comporte ce sacrifice. En plus de manifester générosité et solidarité envers les plus pauvres, la Tabaski est l’occasion pour les familles de rendre visite à leurs proches et de leur témoigner affection et attention.

Paix

Partout dans le pays, les sermons des imams ont porté sur la paix et la communion des cœurs et des esprits. Il nous faut, en tout temps et en tout lieu, être à la quête de cette paix dont la valeur surpasse toutes les richesses. Avec la paix, les âmes sont unies, la vie est embellie et l’harmonie règne dans toute la création. Cette paix ne peut se réaliser que si tous sont unis et s’entraident pour defendre la vérité et la justice, en protégeant les faibles et en leur tendant la main. En nous remémorant le geste d’Abraham et en nous appropriant sa foi et sa remise confiante entre les mains de Dieu, nous attestons devant l’humanité entière que nous sommes tous les héritiers non seulement de ce qu’a accompli Abraham à travers son geste mais aussi de sa signification et de sa portée spirituelle.

Pascal Gbikpi.

 

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *