Sécurité et prévention à Saint Claude

Posted by

SECURITE ET PREVENTION A SAINT CLAUDE

Séance d’installation, le mercredi 5 février 2014

Participants : Elie CALIFER (maire de Saint Claude). M. MINATCHI (maire adjoint). Nicolas MARTRENCHARD (directeur de cabinet de Mme la Préfète). Samuel FINIELZ (Procureur de la République de Basse-Terre). Commandant DE PENFENTENYO (commandant de la compagnie de gendarmerie de la Basse Terre). Major PLUMIER (commandant de la brigade de gendarmerie de Saint Claude). M. Julien ZABEAU (chef du poste de police de Saint-Claude). M. BHIKI (directeur du Service des Clubs Equipe de Prévention). M. DONE (Conseil Général). Mme Claire JEAN-CHARLES (directrice générale des services de la ville de St Claude). M. Geoffrey MOUTASSAMY (DGS adjoint de la ville de St Claude). M. Rodrigue NANGIS (coordonnateur de la politique de la ville de Saint Claude). Mme Armelle JACOBY (conseillère municipale en charge de la cohésion sociale). Jean-Pierre LAVAURY (conseiller municipal). M. KALI (conseiller municipal chargé de la culture). M. GOVU (conseiller municipal chargé des affaires scolaires). Katia EZELIN (parent d’élève, école primaire Sylviane Blancard-Jovien). Pascal GBIKPI (parent d’élève, collège Rémy Nainsouta).

1. Rôle et attributions du CLSPD

Le Comité de Local pour la Sécurité et la Prévention de la Délinquance (CLSPD) a été mis en place par le décret du 23 juillet 2007 qui précise que cette instance constitue le cadre de concertation sur les priorités de la lutte contre l’insécurité et de la prévention de la délinquance dans la commune. C’est le lieu unique au sein duquel s’organisent la réflexion et l’action conduites au titre de toute coopération en matière de lutte contre l’insécurité ou la prévention de la délinquance. Le CLSPD favorise l’échange d’information entre les responsables des institutions et organismes publics et privés concernés et peut définir des objectifs communs pour la préservation de la sécurité et de la tranquillité publiques. Enfin, le CLSPD vise à apporter des solutions concrètes et partenariales à des problèmes réellement identifiés dans le cadre d’un plan d’action recentré et soumis à évaluation.

2. La commune de Saint Claude

La commune de Saint Claude est relativement préservée de la délinquance, en comparaison d’autres communes de la Guadeloupe. Cependant, les chiffres sur l’insécurité ont tendance, comme partout en Guadeloupe, à augmenter. Ainsi, le nombre de cambriolages est passé de 22 en 2012, à 37 en 2013. Les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes ont été de 62 en 2012 et 58 en 2013. Les déprédations contre les biens publics et privés ont été de 23 en 2013.

La situation privilégiée de Saint Claude tient à plusieurs facteurs dont en particulier le fait que la commune n’est pas un passage obligé sur les grandes voies d’échange qui traversent le territoire de la Guadeloupe. Par ailleurs, la commune abrite de nombreux organes de la gendarmerie (état-major de la gendarmerie à Morne Houël, brigade de gendarmerie, deux pelotons de gendarmerie mobile), ce qui contribue sans doute à un surcroît de tranquillité publique..

3. Organisation du CLSPD

Le CLSPD comprendra trois commissions thématiques :
–    une cellule de veille dont le rôle sera de trouver les réponses d’urgence en cas de crise et d’alerter les personnes compétentes à propos des cas de rupture sociale, scolaire et professionnelle risquant d’engendrer des situations de marginalisation ;
–    une commission de lutte contre les conduites addictives et de soutien à la parentalité, qui aura pour rôle de contribuer à la compréhension des phénomènes d’addiction et d’apporter un soutien aux parents en difficulté ;
–    une commission pour la tranquillité et la sécurité publique dont l’objectif sera de trouver des réponses adaptées et rapides aux actes d’incivilité ou de délinquance.

Les responsables des établissements scolaires du premier et du deuxième degrés (directeur, principal, proviseur, …) ont vocation à être membres de ces trois commissions. Les parents d’élèves n’étant pas des professionnels astreints au secret professionnel et partagé, ils ne pourront pas être membres de la cellule de veille mais auront, par contre, toute leur place au sein de la commission de soutien à la parentalité.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Pascal Gbikpi

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.