Un endroit méconnu de la Guadeloupe : l’Îlet Cabris

Posted by

UN ENDROIT MECONNU DE LA GUADELOUPE : L’ILET A CABRIS

 

Incontournable gardien de la superbe Baie des Saintes ou Rade de Terre de Haut, l’îlet à Cabris est un endroit insuffisamment connu de la Guadeloupe.

Anciennement appelé la « Petite Martinique », l’îlet à Cabris est un des 7 îlets inhabités (avec le Grand-Îlet, la Coche, les Augustins, la Redonde, le Pâté, Les Roches percées) qui, avec les deux îles habitées de Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, composent l’archipel des Saintes.

L’îlet à Cabrit est situé à environ un kilomètre au nord-ouest de l’île de Terre-de-Haut, fermant partiellement la baie des Saintes. Il occupe ainsi une position stratégique à l’entrée de l’archipel.

L’îlet mesure approximativement 1,2 km d’est en ouest et 750 m du nord au sud. Son point culminant s’élève à 85 m, sur le site du fort Joséphine. Par sa présence, l’îlet à Cabrit délimite deux passes, la passe de la Baleine à l’est et la passe du Pain de sucre au sud, qui constituent les deux voies d’accès au port de Terre-de-Haut.

En 1777, la France y construisit, au sommet d’un des mornes de l’îlet, une fortification nommée fort de la Reine puis fort Joséphine, qui joua un rôle déterminant dans la défense de la rade et de l’archipel des Saintes. Les Anglais, qui s’étaient rendu maîtres des Saintes en 1809, conservèrent le fort Joséphine et lui ajoutèrent une citerne.

Après le retour de la Guadeloupe sous domination française, le fort Joséphine devint un pénitencier à partir de 1851 mais il fut ravagé par un ouragan, le 6 septembre 1865. En 1871, l’îlet à Cabrit devint un lieu de quarantaine: un lazaret, chargé de recevoir les immigrants originaires des Indes françaises, destinés à remplacer les esclaves libérés en 1848, est érigé en contrebas du fort. C’était aussi une étape avant le bagne de Cayenne pour les forçats au départ de la Guadeloupe, entre 1851 et 1902.


Le Département de la Guadeloupe, propriétaire, a accepté de vendre l’îlet au Conservatoire du Littoral, qui va donc désormais le protéger, le réhabiliter, et l’ouvrir au public, en parfait partenariat avec la commune de Terre de Haut et le Conseil Général.

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire