Fatouma Kouyate, griotte guinéenne

Posted by

SOIREE MUSICALE AVEC FATOUMA KOUYATE, GRIOTTE GUINEENNE

Mercredi 3 février 2016, à la bibliothèque Paul Mado de Baie Mahault, dans le cadre du Mois de l’Afrique organisé par l’association Racines, s’est déroulée une magnifique rencontre musicale avec la griotte guinéenne Fatouma Kouyaté et l’ex-Ministre de la Culture de la Guinée, Conté Amirou. Fatouma Kouyaté, à travers la musique de son balafong et ses chants, et Conté Amirou, par son talent de conteur, ont su remonter les siècles et conter la grande histoire de l’empire du Mandé, fondé au 13ème siècle par Soundjata Keïta.

  • Le griot

L’institution des griots est fort ancienne en Afrique occidentale et a atteint son sommet au temps des grands empires d’Afrique de l’Ouest (Ghana, Mali, Songhai, …). A la fois conteurs, historiens, musiciens et philosophes, les griots constituent la mémoire vivante de l’Afrique. Maîtrisant à la fois l’art de la musique et de la parole, le griot est, grâce à ces deux vertus cardinales, tour à tour historien, conteur, généalogiste ou médiateur. Formant une caste à part, les griots ne sont pas seulement les artistes d’un peuple, mais les dépositaires et les responsables de la tradition orale, musicale et poétique, car c’est grâce à eux que se transmettent la poésie, la musique et l’histoire, de génération en génération. Les discours et les chants de louange du griot interviennent en particulier lors des fêtes qui ponctuent la vie sociale : baptême, mariage, funérailles du septième jour, du quarantième jour et après un an, fêtes musulmanes comme la fin des études coraniques, le retour du pèlerinage à la Mecque, la fin du Ramadan.

  • Bala Fasseke

Bala Fasseke est considéré comme l’ancêtre fondateur des griots. Balla Fasséké fut envoyé en ambassade par Soudiata Keita auprès de Soumaoro Kanté, roi du Sosso, afin d’exiger la capitulation de celui-ci. Soumaoro Kanté séquestra l’envoyé, ce qui déclencha la guerre et aboutit à la défaite de Soumaoro Kanté, face à Soudiata Keita, à la bataille de Kirina en 1235. Soumaoro Kanté possédait le Soso bala, un balafon réputé magique. Profitant de l’absence du roi, Balla Fasséke pénétra dans les appartements privés de Soumaoro Kanté et, voyant l’instrument, ne put s’empêcher d’en jouer. Soumaoro, entendant le son de son Sosso Bala, rentra en hâte et découvrit l’intrusion. Trouvant néanmoins que personne, pas même lui, n’avait jusqu’à présent su faire « chanter » ce balafon aussi bien que Balla Fasséké, il décida de lui confier la charge d’en jouer. Le griot resta néanmoins fidèle à Soundiata Keïta et prit part à la victoire de celui-ci en trahissant son nouveau maître.

  • Bataille de Kirina

La bataille de Kirina opposa en 1235 l’armée du roi sosso Soumaoro Kanté et l’armée de Soundjata Keïta. Après la chute de l’Empire du Ghana, les Sossos dominaient toute la région après avoir vaincu militairement les petits royaumes. Le roi Soumaoro Kanté faisait régner la terreur. Soundjata Keïta, de retour de son exil dans le royaume de Mena, s’allie avec les différents royaumes malinkés réunis à Siby : Kamandjan Kamara, roi de Siby, son cousin Tabon wana Fran Kamara, roi des forgerons Camara, Siara Kouman Diabaté, Faony Diarra Kondé, roi du pays de Do. Après avoir mis en fuite Soumaoro Kanté à la bataille de Kirina, Soundjata Keïta fait raser la capitale du royaume de Sosso et se fait reconnaître « mansa » (empereur) par les autres rois alliés. C’est le début de l’empire du Mali, qui dominera l’Afrique de l’Ouest pendant plusieurs siècles et dont la capitale sera Niani (actuelle Guinée), ville natale de Soundiata Keita.

 

Découvrez le pays dont est publié notre article !

Laisser un commentaire